À l’assaut des microbes !

À l’assaut des microbes !

On a tous des petits trucs pour soigner ou prévenir nos petits bobos…

J’ai pensé en réunir quelques-uns à l’approche des fêtes où échanges de cadeaux et de microbes sont au rendez-vous !

Je conseille toujours la prévention, comme en massothérapie : « Mieux vaut prévenir que guérir ».

L’échinacée :

On pense que l’échinacée est efficace pour combattre l’invasion de microbes. En fait, elle est très peu antiseptique. Elle agit comme stimulant les fonctions immunitaires et est efficace dès l’apparition des premiers symptômes d’une infection. Elle contient des molécules très complexes similaires à celles qu’on retrouve en surface de certaines bactéries et certains microbes. Elle est en quelque sorte le système d’alarme pour réveiller les troupes et mettre en marche notre armée immunitaire. Une fois notre armée bien déployée, il est inutile de continuer de prendre de l’échinacée. Il faut donc la prendre sur une courte période et éviter de la prendre à l’année, car de garder notre système en alerte pourrait davantage l’épuiser. Il est tout indiqué de la prendre en prévention lorsque tout le monde mouche autour de nous. Vous pouvez la prendre en grande quantité, tout en suivant la posologie, car c’est de cette façon qu’elle est efficace. Elle est très efficace en cas d’infection des voies respiratoires supérieures, des sinus et de la gorge. Elle est aussi exceptionnelle dans n’importe quel cas d’infection. Parfois, lorsque l’échinacée n’est pas efficace, c’est parce que le système n’a plus de réserves immunitaires, souvent dû au stress, à l’épuisement, à une mauvaise alimentation, et ce, sur une longue période. Dans ce cas, ça nécessite du repos, une bonne alimentation et l’utilisation d’autres plantes afin de refaire ses défenses immunitaires. Privilégiez l’échinacée sous forme de teinture mère ou d’extrait liquide sous sa forme la plus pure pour en tirer tous les bienfaits. L’échinacée une fois séchée perd énormément de ses vertus thérapeutiques, comme celle que l’on retrouve dans des capsules ou comprimés. Voici d’excellents produits suggérés sur le site de Flora Medecina : Clef des champs, Armoire aux Herbes, Souris Verte, Mycoflor et Herbes de Hatley.

 

Les probiotiques et prébiotiques :

Tout d’abord, il est important qu’ils se rendent « vivants » dans l’intestin, afin qu’ils soient efficaces. L’acidité de l’estomac en tue presque la totalité, soit 90 %. C’est pourquoi il est important de choisir des probiotiques dans des gélules entérosolubles conçues pour se dissoudre dans l’intestin. La prise de probiotiques est indiquée pour :

  • Prévenir ou traiter la diarrhée infectieuse comme la gastroentérite et la tourista.
  • Stimuler le système immunitaire.
  • Soulager les symptômes du syndrome de l’intestin irritable.
  • Traiter ou prévenir les infections vaginales.
  • Traiter l’infection par Helicobacter pylori;
  • Prévenir les diarrhées associées aux antibiotiques et au Clostridium difficile.
  • Prévenir la diarrhée causée par une radiothérapie, l’eczéma atopique chez les enfants à risque.
  • Traiter la constipation.
  • Prévenir les récidives de la maladie de Crohn.
  • Traiter l’eczéma atopique des enfants à risque.

Dans un « corps sain », le tube digestif est colonisé d’approximativement 100 000 milliards de bactéries provenant de 400 espèces différentes. De 30 à 40 espèces de ces bactéries composent 99 % de la flore qui forme un écosystème équilibré indispensable au maintien d’une bonne santé. Une infection, une déficience du système immunitaire, la prise de médicaments — comme des antibiotiques — peuvent provoquer une diarrhée et ainsi amener un déséquilibre au niveau de la flore intestinale. Les probiotiques renforcent l’immunité lorsqu’elle est faible, comme lors du développement du système immunitaire chez l’enfant ou du vieillissement de celui-ci chez les personnes âgées. Ils calment le système immunitaire dans le cas d’allergies ou de maladies inflammatoires de l’intestin. Ils augmentent la production de mucus ou d’anticorps. Pour terminer, ils ont également des effets antimicrobiens directs. Ils prennent donc la place de bactéries pathogènes.

Les bactéries lactiques sont parmi les principaux probiotiques, ce sont ces bactéries qui entrent dans la production du yogourt, de la choucroute, des légumes lactofermentés et du salami. La levure active ou « vivante » fait aussi partie des probiotiques. Elle est composée de champignons microscopiques. Ces micro-organismes digèrent les sucres et l’amidon des céréales, favorisant un milieu riche en protéines et vitamines. Il est important de ne pas la confondre avec la levure de bière ordinaire rendue inactive par son séchage à haute température.

Les prébiotiques sont des fibres qui favorisent la colonisation des probiotiques. Les « symbiotiques » contiennent des prébiotiques et des probiotiques en même temps.

Il est maintenant prouvé que les probiotiques stimulent le système immunitaire non seulement au niveau digestif, mais aussi dans la production d’anticorps dans tout l’organisme. Ils peuvent notamment prévenir les infections du système respiratoires et diminuer l’intensité de la rhinite allergique particulièrement chez les enfants.

Voici le top cinq des aliments (prébiotiques), selon le site soscuisine, pour synthétiser les vitamines, renforcer le système immunitaire et ainsi nous protéger contre les infections :

  1. Oignons et compagnies : jaunes, rouges, blancs, verts… ail, échalotes, poireaux
  2. Topinambour
  3. Aliments fermentés : choucroute, certains produits de soya, légumes lactofermentés (cornichons, betteraves…)
  4. Yogourt et kéfir
  5. Miso

Je vous recommande ce site pour des idées de recettes. https://www.soscuisine.com/blog/5-aliments-pour-un-bon-microbiote/?lang=fr

En terminant, voici mes petits trucs en prévention et lorsque vous ressentez les premiers symptômes d’une infection. (Nez ou gorge qui pique, fatigue…)

En prévention (aussi valide lors dès premiers symptômes) :

  • Faire un lavage de nez une fois par jour (produits en pharmacie).http://ici.radio-canada.ca/tele/entree-principale/site/segments/chronique/46384/re-karine-dumont-hygiene-nasale
  • Prendre de la vitamine C (consulter un professionnel pour le dosage).
  • Faire aérer la maison
  • Garder un taux d’humidité entre 35% et 45 %  (attention de bien désinfecter votre humidificateur régulièrement)
  • Faire de l’exercice sur une base quotidienne
  • Recevoir un drainage lymphatique

Dès les premiers symptômes :

  • Prendre de la teinture mère d’échinacée (selon la posologie recommandée).
  • Boire une tisane maison (eau chaude, gingembre frais, miel et citron).
  • Se gargariser plusieurs fois par jour avec de l’eau tiède et du sel.
  • Boire beaucoup d’eau
  • Manger léger et santé
  • Prendre de l’air frais à l’extérieur.
  • Se reposer.

Pharmacie naturelle :

J’aime bien les produits de la Clef des champs comme « casse-grippe » ou pour traiter les infections respiratoires. J’ai toujours du sirop de plantain à la maison !

Si vous développez une infection et que les symptômes persistent plus de 7 à 10 jours ou que vous faites de la fièvre, consultez un professionnel de la santé (811, pharmacien, médecin).

En terminant :

Je vous rappelle que le lavage des mains reste la meilleure façon de se prémunir de la propagation des infections. On dit également qu’un environnement aseptisé est défavorable dans notre protection contre les infections. Mettons de côté les produits ménagers désinfectants et le gel antibactérien. Optez plutôt pour le vinaigre et un savon à main régulier.

Je vous souhaites de très joyeuses fêtes et portez un toast à votre santé « À Ma “s” Santé » 😉

Suzanne Thibodeau, orthothérapeute et propriétaire de la Clinique À Massanté

 

 

Sources :

https://www.floramedicina.com/echinacee-quand-et-comment

https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=probiotiques_ps

https://www.soscuisine.com/blog/5-aliments-pour-un-bon-microbiote/?lang=fr

 

Ajouter un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués par un astérix *