Les couches lavables, un choix écologique, économique et santé !

Les couches lavables, un choix écologique, économique et santé !

J’ai pensé vous partager mon expérience avec les couches lavables.

C’est bien plus facile d’utilisation que l’on peut penser ! Au départ, j’avais bien des questions, car il existe beaucoup de marques et de modèles. Je suis d’abord allée recueillir l’information au salon paternité/maternité, lorsque j’étais enceinte de mon premier garçon. Une amie à moi m’avait prêté ses couches et après avoir lavé à la main une couche pleine de caca, je suis tout de suite revenue aux couches jetables. Je n’avais pas compris le principe ! Enceinte de mon deuxième, j’ai refait des recherches et j’ai également assisté à un atelier de couches lavables à la boutique : « ’Un monde à vie »’ à Mascouche. Je me suis donc lancée dans cette grande aventure et malgré quelques dégâts au début, car mon bébé avait de petites cuisses, j’ai persisté et finalement je me suis habituée. J’ai encore une amie qui m’a prêté plusieurs marques et modèles. De cette façon, j’ai pu me familiariser avec ce qui allait le mieux pour mon bébé et mes préférences aussi. Alors voici ce qu’il faut savoir, avant de se lancer.

Premièrement, je suggère fortement d’emprunter ou d’acheter des couches usagées de différentes marques et modèles, afin de trouver le bon « ’fit »’ pour votre bébé et aussi voir si on aime ça ! Il est important de savoir qu’au fur et à mesure que votre bébé va grandir, il est fort probable que vous deviez changer de marques ou de modèles. C’est donc une bonne idée de ne pas acheter un gros lot d’une même marque et d’un même modèle dès le départ. Je vous suggère également d’y aller avec quelques-unes qui vont jusqu’à 35 livres et d’autres qui vont jusqu’à 40 livres. Pour ma part, j’ai deux garçons, alors je peux m’attendre à ce qu’ils atteignent la propreté vers l’âge de trois ans et même plus. Je vais donc probablement avoir besoin de couches allant jusqu’à 40 livres. Si vous choisissez de commencer dès la naissance de votre bébé, il faudra vous procurer des couches nouveau-nées. Sinon, on suggère d’attendre que votre bébé aille deux mois ou environ douze livres, de cette façon, les couches de taille unique devraient faire. Autrement, il faut s’attendre à avoir des fuites, surtout au niveau des cuisses.

Notre part pour l’écologie !

  • Un bébé a besoin d’environ 2400 couches par année et jusqu’à 6500 couches jusqu’à la propreté.
  • Au Québec seulement, 600 millions de couches jetables se retrouvent dans nos dépotoirs chaque année.
  • Une couche jetable prend de 200 à 500 ans à se décomposer partiellement dans un dépotoir.
  • De plus, 120 m3 d’eau sont nécessaires à la fabrication, notamment en raison de la cellulose, matière non recyclable dont la fabrication consomme énormément d’eau et nécessite l’abattement de milliers d’arbres.
  • Pour un seul enfant, les couches jetables représentent 4,5 arbres, 25 kg de plastique obtenu grâce à 67 kg de pétrole brut, 6500 couches jetées aux ordures ménagères, non valorisables, et qui mettront jusqu’à 500 ans pour se décomposer.

 

La santé de votre bébé !

Le fameux gel absorbant contenu dans une couche jetable qui peut absorber 80 fois son poids en liquide est composé majoritairement de polyacrylate de sodium. Cette substance était utilisée dans les tampons hygiéniques jusqu’en 1985. Elle ne s’y retrouve plus depuis ce temps, car elle a été associée au syndrome du choc toxique. Il y a plus d’une cinquantaine d’autres composantes chimiques dans les couches jetables qui peuvent nuire à la santé immunitaire et hormonale des enfants. Jusqu’à maintenant, aucune étude n’a été faite sur les effets à long terme que pourraient avoir les composantes chimiques des couches jetables. Pour ma part, tous ces éléments potentiellement dangereux ont suffi pour me convaincre. Nous sommes déjà en contact avec plusieurs agents chimiques et polluants contenus dans l’eau, l’air, les produits d’entretien ménagers, les produits d’hygiènes corporelles et les aliments. Pourquoi ne pas se tourner vers des alternatives plus naturelles et saines ? Mon garçon est rendu à sept mois maintenant et ses fesses m’en remercient. 😉 Elles ne sont pas irritées avec l’utilisation des couches lavables, contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser, étant donné leur pouvoir moins absorbant. Il est certain que je fais attention de le changer aux deux à trois heures.

 

Un choix judicieux pour votre portefeuille !

Les coûts de la naissance à la propreté :

  • Couches lavables : 845 $ à 1050 $ (y compris l’entretien)
  • Couches jetables : 2500 à 3500 $

Les couches jetables vous coûteront jusqu’à 4 fois plus cher que les couches lavables. Sans compter que plusieurs municipalités offrent des subventions pour l’utilisation des couches lavables. À Laval, la subvention est de 200 $ pour l’achat d’un ensemble de vingt couches neuves. (Voir les détails : https://www.laval.ca/Pages/Fr/Citoyens/couches-lavables.aspx)

Vous pouvez faire de très bonnes économies, lors des ventes comme la rentrée scolaire, le vendredi noir, le Boxing Day… J’ai obtenu jusqu’à 40 % de rabais chez Béco bb à Sainte-Rose, Laval, et j’ai eu de précieux conseils. C’est bien de pouvoir les voir et les toucher aussi, versus les achats en ligne ! http://www.b-eco-bb.com/categorie-produit/couche-lavable/

 

En terminant, je vous recommande ce groupe Facebook, une source intarissable d’informations : https://www.facebook.com/groups/AccrosAuxCouchesLavables/ et ce site pour l’entretien des couches : http://www.fluffloveuniversity.com/ Deux boutiques pour les ateliers et achats de couches lavables : http://www.b-eco-bb.com/categorie-produit/couche-lavable/

 

Faisons ensemble une différence sur l’empreinte écologique !

Suzanne Thibodeau

Présidente et orthothérapeute

 

Sources : https://www.mondeavie.ca

http://www.b-eco-bb.com/categorie-produit/couche-lavable/

https://www.laval.ca/Pages/Fr/Citoyens/couches-lavables.aspx

https://www.facebook.com/groups/AccrosAuxCouchesLavables/

 

 

Ajouter un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués par un astérix *